Publication Marketing d’influence et Relations Publics, amis ou ennemis?

Par IVAN COSTE-MANIERE

Professeur Marketing – Skema Business School et Vice-Président – Association Francophone des Académies Olympiques.

« Marketing d’influence et Jeux Olympiques

Davantage qu’une nouveauté, l’émergence du marketing d’influence se présente aujourd’hui comme l’avènement d’une conception anglo-saxonne du « lobbying » qui s’impose à tous les acteurs.

« CETTE DYNAMIQUE DE FOND SERT À TOUS LES ACTEURS D’UNE COMMUNICATION ÉLARGIE, À 360° »

Mon implication dans le mouvement olympique et sportif français et francophone me fait sans doute ressentir cela comme la suite logique des retombées sociétales des échecs des candidatures aux Jeux Olympiques présentées par Paris, plus patente encore pour 2012 où Londres avait réussi à obtenir une victoire logique.

Les relations publiques se présentent en ce qui me concerne comme l’une des facettes du mimétisme girardien, et elles se prolongent aujourd’hui par le succès du marketing des célébrités ou de la presse people.

Jamais sans doute, compte tenu de la vitesse d‘échange des informations, de la prolifération des media sociaux, l’effet démultiplicateur du marketing d’influence n’a eu autant d’influence dans l’histoire. Aucun secteur n’est épargné, des biens de consommation, à la politique, en passant par le sport, les vies privées… ou les chroniques judiciaires.

Cette dynamique de fond sert à tous les acteurs d’une communication élargie, à 360°, qui laisse la part belle à la communication positive, négative, de rumeurs ou de crise.

Tous les acteurs professionnels concernés profitent de cette lame de fond dans un cadre juridique flou et élastique, dans un contexte socio-culturel faible. L’aspect démocratique est séduisant, mais dans une clarté spécifiée, afin que les influencés identifient de manière claire les influenceurs, pour que l’obtention d’un consensus, l’efficacité de l’influence, tiennent compte d’un feedback conscient et non d’une simple soumission à une propagande anonyme.

Les enjeux de cette montée en puissance sont là, et demandent le renfort de la loi au service de l’éthique ou des missions, comme maintes fois évoqué au sein des Conseils Economiques

Sociaux et Environnementaux national et régionaux (CESE et CESER), en amont des deux autres assemblées constitutionnelles.

La mise en place de ce type de cadre constituerait la bride nécessaire à des dérives des pratiques de ce marketing multivectoriel et polymorphe, tout en lui donnant ses lettres de noblesse et en l’affranchissant de son aspect « subliminal » sournois si souvent reproché, en particulier dans le monde francophone.

Le Baron de Coubertin avait su allier les deux facettes éthique et efficace d’un marketing d’influence olympique performant et toujours davantage conquérant…

Paris 2024 se doit d’en constituer la démonstration éclatante. »

 

 

Si cela vous a plu, vous trouverez ci-dessous le lien pour lire l’article en entier.

Marketing d’influence et Relations Publics, amis ou ennemis

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close